Informations

L'influence des engrais potassiques et des micronutriments sur la qualité des pommes de terre

L'influence des engrais potassiques et des micronutriments sur la qualité des pommes de terre


Lisez la partie précédente. ← Influence des engrais azotés et phosphorés sur la qualité des pommes de terre

Le rôle des engrais potassiques

Le potassium a un effet positif sur le rendement et la qualité des pommes de terre. Il est nécessaire pour la formation des tubercules et pour un meilleur mouvement de l'amidon des feuilles vers les tubercules en croissance. Ce potassium confère à la plante une résistance au gel.

Habituellement, la partie aérienne (tige et feuille) meurt pendant les gelées d'automne de -1 à 30 ° C. Dans de nombreuses régions productrices de pommes de terre, après le premier gel, le temps est chaud pendant assez longtemps. Par conséquent, il est très important de prévenir la mort totale ou partielle des têtes de pommes de terre lors du premier gel en appliquant des engrais potassiques pour augmenter les rendements et améliorer la qualité des tubercules. Lorsque l'engrais potassique a été ajouté au fond azote-phosphore, la mort des sommets n'était que de 12%. La résistance au gel des têtes de pommes de terre augmente avec l'augmentation des doses d'engrais potassique.


En l'absence de potassium dans le sol, les feuilles de pomme de terre acquièrent une couleur vert foncé, s'enroulent, se dessèchent et tombent prématurément. L'un des signes caractéristiques de la privation de potassium des plantes est l'apparition de taches de bronze sur les feuilles, souvent observées sur les pommes de terre cultivées sur des sols sableux et en particulier sur les tourbières et les plaines inondables, pauvres en potassium mobile. Le chaulage de ces sols augmente encore la privation de potassium des plantes, car le calcium de l'engrais à base de chaux est un antagoniste du potassium et réduit son apport à la plante. Par conséquent, l'utilisation d'engrais potassiques pour prévenir les signes de bronzage des feuilles de pomme de terre est essentielle.

Le potassium a un effet positif sur la résistance relative des pommes de terre à un certain nombre de maladies, parmi lesquelles la pourriture annulaire est l'une des plus courantes. Avec des dégâts massifs aux plantes, il réduit considérablement les rendements et la qualité des tubercules. Les bactéries de la pourriture annulaire se développent plus intensément dans un environnement riche en glucose. Le potassium, contrairement à l'azote et au phosphore, limite le taux d'accumulation de glucose dans les feuilles, les tiges et les tubercules des pommes de terre. Par conséquent, fertiliser le sol avec cet élément augmente la résistance des tubercules à la pourriture annulaire.

Les engrais potassiques préviennent également l'incidence de la maladie fongique de la pomme de terre - le macrosporium, qui se traduit par l'apparition de taches brunâtres sèches sur les feuilles. Avec un fort développement de la maladie, les taches couvrent toutes les parties de la feuille, ce qui entraîne un dessèchement prématuré des feuilles, ce qui entraîne une diminution du rendement et une détérioration de la qualité des tubercules.

Le potassium aide également à lutter contre mildiou pommes de terre, cela se produit particulièrement efficacement lorsque des engrais à base de cuivre, de borique, de molybdène et de cobalt sont appliqués sous les pommes de terre.

L'effet des engrais potassiques sur l'amidon des tubercules dépend des doses et des formes d'engrais utilisés. Les engrais potassiques contenant du chlore réduisent l'amidon des tubercules. Une diminution de la teneur en amidon des tubercules a été notée avec l'introduction de 40% de sel de potassium à la fois dans le contexte du NP et avec 3 kg / m2 de fumier. La teneur en amidon des tubercules avec l'introduction de doses croissantes d'engrais potassiques contenant du chlore (jusqu'à 12 g de K2O par 1 m2) a diminué à la fois sur un fumier et sur un fond sans fumier à peu près également (de 12,9% à 11,9%) .

Sur des sols tourbeux, mal alimentés en phosphore mobile et bien alimentés en potassium échangeable, ces engrais n'ont pas altéré le goût des pommes de terre. Ils ont quelque peu réduit la teneur en vitamine C, mais n'ont pas réduit l'amidon des tubercules. Même des doses élevées d'engrais potassiques (12-14 g / m2) sur des sols bien alimentés en potassium échangeable n'ont pas réduit la teneur en amidon des tubercules, mais ont contribué à une augmentation significative du rendement.

L'efficacité des engrais potassiques dépend du rapport des engrais appliqués. Avec un rapport optimal de l'azote au phosphore et au potassium, l'amidon des tubercules augmente.

Sur le sols limoneux sableux gazon-podzoliques avec une teneur moyenne en phosphore mobile et en potassium échangeable, le chlorure de potassium réduisait la digestibilité et le poudreux des pommes de terre et en dégradait le goût par rapport à la chénite et au sulfate de potassium. Les tubercules fertilisés avec du sulfate de potassium, de la chenite et de la poussière de ciment avaient le meilleur goût. La teneur en vitamine C des tubercules de pomme de terre fertilisés avec du chlorure de potassium était de 18,4 mg% et celle du sulfate de potassium de 20,9 mg%. Le chlorure de potassium s'est également révélé être l'engrais le moins rentable par rapport au sulfate de potassium et à la potasse. Ainsi, dans un contexte azote-phosphore, la teneur en amidon dans les tubercules de pomme de terre était de 16,7%, avec l'introduction de sulfate de potassium - 17,9%, avec l'introduction de potasse - 17,9% et avec l'utilisation de chlorure de potassium - seulement 16,5%. Les meilleurs résultats ont été obtenus avec l'introduction de potassium-magnésium: la teneur en amidon dans les tubercules a augmenté à 16,5% et la collecte d'amidon a augmenté à 256 g / m2.

Ainsi, les formes d'engrais potassiques à faible pourcentage contenant du chlore (kaïnit, sylvinite, carnalite, etc.) détériorent généralement la qualité des pommes de terre, en réduisant leur teneur en amidon et en altérant le goût des tubercules. Les formes concentrées d'engrais potassiques contenant du chlore (chlorure de potassium et sel de potassium à 40%) affectent de manière insignifiante la teneur en amidon des tubercules, et les engrais sans chlore (chenite, potasse, potassium, magnésium, sulfate de potassium) augmentent considérablement la qualité de la culture. Les formes d'engrais potassiques contenant du chlore réduisent l'amidon des tubercules en raison du fait que le chlore augmente la teneur en eau des tubercules, améliore les processus de croissance et retarde le développement et la maturation des plantes.

Les meilleurs résultats pour augmenter la féculence des tubercules sont obtenus avec l'introduction d'engrais potassiques contenant du magnésium, en particulier lors de la culture de pommes de terre sur aigre sols sableux.


Influence de divers oligo-éléments sur la qualité des pommes de terre

Donc, pour résumer: les engrais organiques et minéraux, lorsqu'ils sont appliqués à des doses optimales et au bon rapport de nutriments, augmentent la valeur nutritionnelle des pommes de terre et n'affectent pas négativement la teneur en amidon et le goût des tubercules.

Oligo-éléments: le bore, le manganèse, le molybdène, le cuivre et autres en combinaison avec une technologie agricole de pointe augmentent le rendement et améliorent la qualité des pommes de terre. Le rôle positif des macronutriments dans l'amélioration de la qualité de la culture est dû au fait qu'ils sont importants dans le métabolisme, modifient le taux de réactions redox dans la cellule et ont un effet notable sur la respiration et la photosynthèse.

La capacité du bore à augmenter l'activité de l'invertase (une enzyme qui décompose le saccharose en glucose et fructose) dans les feuilles de pomme de terre conduit à une accumulation accélérée de glucides dans les tubercules. Les pommes de terre ne peuvent pas se développer normalement sans bore, elles sont sensibles à une maladie grave sous la forme d'une mosaïque avec des feuilles enroulées. La vinaigrette foliaire au bore augmente la teneur en sucres solubles dans les feuilles et en amidon dans les tubercules.

Faute de manganèse, les feuilles de pomme de terre jaunissent. Le manganèse contribue à une consommation plus économique de nutriments, joue un rôle important dans la respiration des plantes et dans les processus de photosynthèse, ce qui conduit à une accumulation plus intensive d'amidon dans les tubercules.

Le cuivre a une forte influence sur la croissance et le développement des pommes de terre. L'alimentation foliaire avec du cuivre réduit l'incidence de la rhizoctonie de la pomme de terre et du mildiou. Il augmente la teneur en chlorophylle des feuilles, de l'amidon, des vitamines et des minéraux.

Le cobalt, le zinc et le manganèse ont augmenté le rendement des tubercules et augmenté la teneur en amidon de 17,2% à 18,5%, le manganèse a augmenté la quantité d'amidon à 17,8%.

Bore et molybdène sous forme d'une solution d'acide borique (0,05%) et d'ammonium molybdène (0,01%), qui humidifiait les tubercules de semence à la veille de la plantation à raison de 3 litres pour 10 kg, ainsi que des pansements foliaires avec un solution d'acide borique à 0,01% et de molybdate d'ammonium à 0,01% (7 ml par m2), le rendement et la teneur en amidon ont augmenté de 20%. Le traitement préalable des semences avec du bore a augmenté la teneur en amidon de 14 à 15,7%. L'utilisation du bore sous forme d'alimentation foliaire a permis d'obtenir des tubercules qui contenaient 19,2% d'amidon. Le molybdène avait un effet similaire sur la teneur en amidon.

La plus grande influence sur le rendement et la qualité des tubercules de pomme de terre a été exercée par le trempage des graines dans une solution à 0,1% de sulfate de cobalt.

Ainsi, les engrais micronutriments augmentent le rendement des pommes de terre, augmentent la teneur en matière sèche, en amidon, en acide ascorbique et en protéines dans les tubercules.

Influence des doses et des ratios engrais minéraux le rendement et la qualité des pommes de terre sont supérieurs à l'utilisation d'engrais azotés, phosphorés ou potassiques seuls. La prédominance du phosphore ou du potassium dans les premières phases du développement des plantes accélère les processus métaboliques et conduit à leur vieillissement plus rapide, le rendement des tubercules est quelque peu réduit, moins de matière sèche s'accumule, mais les plantes contiennent beaucoup plus d'amidon.

Dans le cas d'une prédominance de l'azote dans les phases précoces, le développement des plantes est inhibé, leur maturation est retardée. Ils développent une masse végétative puissante, en raison de laquelle l'écoulement de nutriments dans les tubercules est insuffisant, ce qui entraîne également une diminution du rendement, des composés azotés s'accumulent dans les tubercules et leur amidon diminue. Par conséquent, en modifiant le rapport des éléments nutritifs de base introduits dans le sol, il est possible d'influencer l'intensité et la direction du métabolisme des plants de pomme de terre pendant la saison de croissance et d'obtenir des rendements élevés de tubercules de bonne qualité.

Sur les sols limoneux moyens gazon-podzoliques, modérément alimentés en phosphore et en potassium disponibles, le ratio de nutriments le plus favorable pour obtenir un rendement élevé de bonne qualité est N: P: K = 1: 1: 1 ou 1: 1,5: 1. Le rendement des pommes de terre avec de telles quantités d'engrais appliqués est de 2,38 kg / m2 et la teneur en amidon dans les tubercules est de 17,3%. L'utilisation de ces quantités d'engrais minéraux sur un fond de 3 kg / m2 de fumier contribue également à la production de tubercules de haute qualité.

Les meilleurs résultats en termes de rendement et de qualité des variétés précoces ont été obtenus lorsque l'azote prédomine dans les engrais appliqués sur le phosphore et le potassium. Lors de l'application d'engrais minéraux sous variétés de pommes de terre à maturation précoce les engrais azotés devraient prévaloir sur le phosphore, et pour les variétés tardives, il est nécessaire de donner plus d'engrais phosphorés que d'azote. Dans ce cas, les conditions les plus favorables sont créées pour obtenir le rendement maximal en tubercules avec des produits de bonne qualité.

En dessous de pommes de terre primeurs il est recommandé d'appliquer des doses accrues d'engrais azotés (1: 0,8: 1), pour les variétés moyennement tardives - des doses accrues de phosphore-potassium (1: 1,3: 1,7), pour les pommes de terre de semence, les doses d'engrais phosphore-potassium sont encore plus élevé (1: 1,4: 2,0).

Causes de l'assombrissement de la pulpe de pomme de terre

Un facteur sérieux qui réduit la qualité organoleptique des pommes de terre est le noircissement de leur chair. Actuellement, des scientifiques nationaux et étrangers ont établi certaines des causes de ce phénomène. Selon des chercheurs allemands, le noircissement de la chair des pommes de terre est associé à l'oxydation de l'acide aminé tyrosine en mélanine, qui a une couleur bleu-noir, ainsi qu'à l'oxydation du fer et à la formation de ses composés complexes avec chlorogénique acide. Ces composés de fer prennent une couleur vert bleuâtre. Les engrais minéraux et organiques réduisent plusieurs fois la teneur en tyrosine libre dans les tubercules et augmentent la quantité de potassium absorbé, ce qui affaiblit le degré de noircissement des tubercules ou élimine complètement ce phénomène. Il est recommandé d'appliquer des doses accrues d'engrais potassiques sous les pommes de terre, qui peuvent atteindre 30 à 40 g pour 1 m2, et la teneur en potassium des tubercules est d'au moins 2,0 à 2,5% du poids de la matière sèche.

Sur les sols argileux, avec une teneur en potassium de 2,54% dans les tubercules, un léger assombrissement de la pulpe a été observé, et avec 2,0% de potassium, 50% des tubercules noircissent. Sur les sols limoneux, les tubercules de pomme de terre ne noircissaient pas même lorsqu'ils contenaient 2,0% de potassium. Une augmentation unilatérale des doses d'engrais azotés favorise le noircissement de la pulpe de pomme de terre. Cependant, l'utilisation de ces engrais dans le contexte de la potasse ou des engrais organiques contenant beaucoup de potassium réduit fortement le noircissement des tubercules.

Dans la plupart des cas, l'utilisation d'engrais minéraux, en particulier à des doses calculées pour l'élimination des nutriments par la culture, réduisait la teneur en tyrosine de plus de quatre fois et augmentait considérablement la quantité de potassium dans les tubercules. Ces tubercules ne noircissent pas du tout.

Un certain assombrissement de la pulpe des tubercules de pomme de terre cultivés sur des sols tourbeux a été constaté. L'application d'engrais potassiques sur ces sols réduit également le noircissement des tubercules. De cette façon; Pour obtenir des tubercules qui ne sont pas sujets au brunissement, les pommes de terre doivent être cultivées dans des sols contenant suffisamment de potassium. L'absence de cet élément dans les sols doit être compensée par l'introduction d'engrais potassiques.

L'influence des engrais sur l'appétence des pommes de terre

Les opinions des scientifiques sur l'effet des engrais sur le goût des pommes de terre bouillies sont quelque peu contradictoires. Les chercheurs canadiens sont d'avis que l'augmentation des doses d'engrais altère le goût des pommes de terre bouillies. Les scientifiques allemands soutiennent que les engrais ne réduisent pas ce chiffre. Seule une augmentation unilatérale des doses d'azote jusqu'à 24-30 g par mètre carré aggrave légèrement le goût. L'évaluation du goût des pommes de terre en Suède a montré que l'utilisation d'engrais détériore légèrement le goût des pommes de terre, mais il est reconnu que tous les produits satisfont aux exigences de la norme suédoise en termes de goût.

Les scientifiques russes pensent que le sucre et les acides aminés libres contenus dans les tubercules affectent négativement le goût des pommes de terre bouillies. Avec une augmentation de leur quantité, le goût et l'odeur des pommes de terre se détériorent. Une odeur et un goût désagréables sont causés par la formation d'un certain nombre de composés volatils à bas point d'ébullition à partir des sucres et des acides aminés libres pendant la cuisson - méthanylthiol, acroléine, sulfure d'hydrogène, etc. Cependant, cela ne se produit que lorsque des doses déséquilibrées d'engrais sont appliquées.

On pense parfois que les engrais azotés, associés à une augmentation de la teneur en protéines des tubercules, entraînent une détérioration de la qualité culinaire des pommes de terre, en particulier, après la cuisson, elles deviennent plus collantes et moins farineuses, leur arôme se détériore et les tubercules bouillis s'assombrir rapidement. Cependant, ces craintes sont souvent vaines. La détérioration de la qualité culinaire des pommes de terre ne peut se faire qu'avec l'introduction de doses d'azote relativement élevées, supérieures à 40 g par m2.

Le moment et les méthodes d'utilisation des engrais minéraux affectent également considérablement le rendement et la qualité des pommes de terre. Les engrais appliqués lors de la plantation de pommes de terre renforcent l'effet de l'engrais principal. Le superphosphate à une dose de 5-7 g / m2 et l'urée 5-6 g / m2, introduits lors de la plantation de pommes de terre, accélèrent le taux de germination des tubercules en raison de l'augmentation initiale de l'hydrolyse de l'amidon dans les tubercules utérins, augmentent le nombre d'yeux germés dans les tubercules, ce qui entraîne une augmentation du rendement et de l'amidon ... De plus, les engrais azotés augmentent la teneur en chlorophylle des feuilles de 1,5 à 2 fois.

À la suite de la discussion du problème, nous arrivons à la conclusion que la combinaison de l'engrais principal (fumier 5-6 kg / m2, urée 15-20 gm2, double superphosphate 30-40 g / m2, potassium magnésium 40- 50 g / m2, acide borique 1 g / m2, sulfate de cuivre 1 g / m2, molybdate d'ammonium 0,5 g / m2, sulfate de cobalt 0,5 g / m2 au printemps pour creuser le sol), application locale (superphosphate et urée, 5- 7 g / m2 chacun lors de la plantation dans le nid) avec top dressing (10-15 g / m2 de nitrate d'ammonium et de sulfate de potassium avant le premier buttage) permet aux plants de pommes de terre de développer un système racinaire plus puissant, d'augmenter le rendement et d'améliorer la qualité et valeur nutritionnelle des tubercules.

Nous vous souhaitons plein succès!

Gennady Vasyaev, professeur agrégé, spécialiste en chef
Centre scientifique et méthodologique du Nord-Ouest de l'Académie agricole russe,
Olga Vasyaeva, jardinière amateur


Méthodes d'alimentation

La fertilisation lors de la culture de pommes de terre peut être des méthodes racinaires et foliaires. La première option est plus populaire en raison de sa facilité d'exécution. Même un jardinier novice peut appliquer des engrais micronutriments sous la racine des semis.

Lors de l'alimentation foliaire des pommes de terre, vous devez choisir des préparations contenant des tensioactifs (tensioactifs). Ces composants, ou adjuvants, surmontent la barrière protectrice sur les sommets et maintiennent les nutriments à l'intérieur.

Racine

Après la plantation, les pommes de terre peuvent être nourries avec plusieurs types d'additifs. Les mêmes engrais peuvent être appliqués avant le nivellement des buissons, de sorte que les micro et macro éléments atteignent rapidement la partie souterraine de la plante. Convient pour l'alimentation des racines:

  • engrais minéraux - un mélange d'azote, de potassium et de phosphore dans des proportions 1: 2: 1 (pour 10 litres d'eau 25 g)
  • molène - vous devez dissoudre un litre de fumier dans 10 litres de liquide et insister pendant une journée. La solution préparée est versée sur le sol entre les rangées
  • urée - 0,5 mélange (1 cuillère à soupe d'engrais pour 10 litres d'eau) par pomme de terre
  • fientes de poulet - sous une forme diluée, elles sont introduites dans les rainures entre les semis.

Foliaire

Ce type d'alimentation est effectué tout au long de la saison de croissance. Les engrais doivent être appliqués le soir après l'arrosage, afin de ne pas brûler les sommets.

Les propriétaires recommandent d'utiliser un mélange préparé à partir de 150 g de monophosphate, 5 g d'acide borique et 100 g de carbamide comme alimentation foliaire de pommes de terre. La pulvérisation doit être effectuée sur la feuille après l'apparition des premières pousses. Après 14 jours, l'alimentation doit être répétée.

Si vous ne souhaitez pas utiliser d'engrais minéraux, une infusion d'ortie convient. Les feuilles de cette herbe contiennent tous les nutriments essentiels. Pour préparer la solution, broyer 1 kg d'ortie, ajouter de l'eau et laisser reposer 24 heures. Le lendemain, ajoutez 30 g de copeaux de savon à lessive et utilisez l'infusion pour un spray de feuilles.


L'utilisation d'engrais potassiques dans le pays

Dans le jardinage et la culture des plantes, pas un seul agriculteur ne peut se passer de fertilisation minérale. Les engrais potassiques, qui compensent efficacement la carence en potassium des organismes végétaux, sont particulièrement demandés. Parmi les noms bien connus figurent le sulfate de potassium, le chlorure de potassium, le sel de potassium. Il existe des produits agrochimiques de type simple et complexe. Dans les cellules des plantations, le potassium se trouve dans le cytoplasme et la sève cellulaire sous forme ionique. Sa concentration maximale est dans les jeunes feuilles et pousses, et faible dans les vieilles parties des plantations. Pour que l'engrais ait un effet bénéfique sur les cultures cultivées, vous devez en savoir plus sur ses caractéristiques et ses taux d'application.


Engrais complexes

Le potassium est souvent mélangé avec d'autres éléments nutritifs importants pour les plantes et on obtient ainsi des engrais phosphore-potassium, azote-potassium et azote-phosphore-potassium.

Nitrate de potassium (potassium)

L'engrais contient 45% de potassium et 13 à 15% d'azote. Le nitrate de potassium est un petit cristal gris-blanc teinté de jaune. Il est le plus souvent utilisé à l'intérieur pour nourrir les légumes au moment de la maturation des fruits.

L'engrais est appliqué sous forme sèche ou liquide. La solution est préparée dans les dosages suivants: pour les fleurs - 15 g pour 10 l d'eau, pour les légumes et les baies - 20 g pour 10 l d'eau, pour les arbres fruitiers - 25 g pour 10 l d'eau. Pour 1 mètre carré de plantations, de 0,7 à 1,3 litre d'engrais sont consommés.

Nitroammofoska

L'azote, le potassium et le phosphore sont également répartis ici (16% chacun). Mais il existe des variétés de nitroammophos avec un pourcentage différent d'éléments.

De plus, chez les jardiniers, les engrais potassiques liquides (principalement complexes), la cendre de bois (en plus du potassium, contient du calcium, du magnésium, du phosphore, du bore, du fer, du cuivre) sont populaires, mais ils ne contiennent pas autant de potassium.

Il est difficile de dire quel engrais potassique est le meilleur. Lors de son choix, il est nécessaire de prendre en compte la sensibilité d'une plante particulière au chlore. Et en cas d'intolérance à cet élément, privilégiez les engrais à base de sulfate de potassium. Et gardez à l'esprit: il n'est pas recommandé de nourrir les plantes avec du potassium lors de l'apparition des premières pousses et de la formation du système racinaire.


L'influence des engrais minéraux sur le développement de la pomme de terre

Projet de recherche "L'influence des engrais minéraux sur le développement de la pomme de terre"

2. Composition chimique et valeur nutritionnelle

4. Caractéristiques biologiques du développement

5. Relation avec les conditions environnementales.

1. La valeur des engrais minéraux.

2. Influence de l'azote, du phosphore et du potassium sur le développement des plantes.

3. Influence du sol et des engrais organiques sur le développement des plantes.

4. Mise en place de l'expérience.

5. Analyse des résultats obtenus.

1. Justification des résultats obtenus.

2. Utilisation des résultats du travail.

L'aire de répartition naturelle des formes sauvages des représentants tubéreux de la morelle couvre l'Amérique centrale, le Pérou, la Bolivie et le Chili. Leur distribution se limite principalement aux zones montagneuses, mais on les trouve partiellement dans les plaines du Paraguay, du Brésil et de l'Argentine.

Les premières informations sur les pommes de terre remontent à 1536. Dans les montagnes de la Bolivie et du Pérou, des tribus indiennes sédentaires cultivent la pomme de terre depuis environ 1000 ans. Ceci est attesté par les descriptions de rites religieux et les images de pommes de terre sur d'anciens récipients en céramique. La diffusion de la pomme de terre en Europe est passée par l'Espagne et l'Italie, ainsi que par l'Irlande et l'Angleterre, où elle était cultivée dans des cas isolés dès le dernier quart du 10e siècle.

En Europe, cette culture était initialement plantée uniquement dans les jardins pharmaceutiques et botaniques. Jusqu'au X VIII siècle, elle resta une plante amateur, impropre à l'alimentation. Cela a également été facilité par le fait que les spécimens importés contenaient beaucoup de solanine, ce qui donnait aux tubercules un goût amer. Les théologiens croyaient même qu'il avait été élevé pour changer la foi, ils l'appelaient une «putain de pomme».

En Europe, on croyait que la pomme de terre «cause la lèpre». En Sicile, ils croyaient qu'il suffisait d'écrire le nom de la personne détestée sur un morceau de papier et de l'épingler sur le tubercule, et il mourrait d'une mort douloureuse.

La mauvaise réputation de la pomme de terre est restée longtemps parmi les gens et, dans différents pays, ils ont essayé de différentes manières de surmonter la réticence des paysans à la cultiver. Par exemple, les paysans anglais se sont vu promettre des médailles d'or pour la culture de pommes de terre.

Ce n'est qu'au milieu du XVIIIe siècle que les pommes de terre ont commencé à être cultivées sur de grandes superficies, utilisées comme culture vivrière. Il a surtout pris racine en Irlande.

En Allemagne, la propagation de la pomme de terre a été favorisée par des flambées de famine pendant la guerre de trente ans. Ce n'est qu'après la guerre de Sept Ans et la famine de 1770 que la culture de la pomme de terre a commencé à se développer.

On pense que les pommes de terre sont apparues en Russie sous Peter I. L'histoire de la promotion de la pomme de terre en Russie connaît également des moments tragiques. Les «émeutes de la pomme de terre» des paysans en 1834 et celles de l'Etat en 1840-1843 provoquées par la demande des autorités d'allouer une partie des terres pour semer des pommes de terre sans fournir le fonds de semences, reflétaient le mécontentement général du servage.

Seule une mauvaise récolte de céréales au milieu du siècle dernier a fait de la pomme de terre un produit irremplaçable.

Dans différents pays, les pommes de terre étaient appelées différemment. Très probablement, le nom «pomme de terre» vient des deux mots allemands «craft» et «teuffel», qui signifie le fruit du pouvoir du diable.

Les pommes de terre sont également réputées pour leurs records. Par exemple, un spécimen pesant 8 kg 275 g, obtenu par l'Anglais Thomas Siddal, a été reçu en 1795.

Un buisson planté par Baucock en 1975 a donné 233 kg de 500 g.

Les pommes de terre ont été apportées au Kazakhstan depuis la Russie par des colons russes. Les pommes de terre sont maintenant cultivées dans 130 pays. Cela est dû à sa plasticité élevée et à son adaptabilité à une grande variété de conditions.

De nouvelles variétés de pommes de terre apparaissent constamment au Pérou au Centre international de la pomme de terre, une collection d'espèces, de variétés et de variétés de cette culture. Il contient plus de 13 mille échantillons et graines.

Ainsi, malgré l'histoire pas simple de la culture de la pomme de terre, c'est lui qui est maintenant devenu un produit alimentaire indispensable.

La composition chimique est très diverse. Les tubercules contiennent jusqu'à 2% de protéines, amidon de 13,1 à 36,8%, fibres, substances pectines, mono- et oligosaccharides: glucose, fructose, saccharose, vitamines et sels minéraux.

La principale vitamine est l'acide ascorbique. Presque tout le complexe de vitamine B, de folique et de niacine se trouve dans les tubercules. De plus, des caroténoïdes, de la violaxanthine, de la lutéine et d'autres ont été trouvés.

Les pommes de terre contiennent plus de 26 éléments chimiques différents. Parmi les sels minéraux, les sels de potassium et de phosphore prévalent, c'est-à-dire d'autres micro et macroéléments - fer, calcium, magnésium, manganèse, nickel, cobalt, iode. À partir d'acides organiques - citrique, oxalique, malique. La peau des tubercules et toute la partie aérienne de la plante contient la solanine glycoalcaloïde toxique.

Ainsi, la composition chimique des pommes de terre est très diverse. Il contient de nombreuses substances nécessaires à notre corps.

En Russie, les propriétés médicinales de la pomme de terre sont connues depuis longtemps. même au début du XIXe siècle, on connaissait les propriétés anti-brûlantes de la plante, son utilisation contre l'eczéma, pour le traitement du catarrhe des voies respiratoires supérieures, accompagné d'une toux sèche persistante, avec gastrite, maux de tête sévères . De nombreux médecins ont conseillé aux patients tuberculeux de manger des pommes de terre. Fraîches et pilées dans un mortier, des «pommes terreuses» étaient appliquées sur les endroits brûlés et roussis de la peau. En même temps, la douleur a été soulagée, le soulagement est venu.

Actuellement, en raison de la présence de sels de potassium, les pommes de terre sont utilisées en médecine scientifique. Il est largement utilisé dans la nutrition médicale en tant que produit diététique précieux. De plus, c'est une matière première pour la production d'amidon. Glucose, alcool, acide lactique, etc., qui sont largement utilisés en médecine. Ainsi, les propriétés médicinales de la pomme de terre sont très diverses.

Il y a 5 périodes principales dans le développement de la pomme de terre.

1 période - de la germination des yeux à l'émergence des semis.

2ème période - de l'apparition des premières feuilles vertes au développement de tiges à feuilles normales.

3 période - de l'apparition des bourgeons à la floraison.

4 période dure de la floraison à l'arrêt de la croissance des sommités

La 5ème période dure du moment où les sommités meurent jusqu'à leur séchage complet et la maturation physiologique des tubercules.

Ainsi, des changements physiologiques importants se produisent à chaque période.

L'exactitude des pommes de terre aux conditions environnementales à différentes périodes de la vie n'est pas la même. Les pommes de terre se développent mieux pendant les étés frais. Température optimale + 18-25 С 0

Les pommes de terre sont pointilleuses en ce qui concerne l'humidité du sol, mais le besoin d'humidité varie selon les phases de croissance et de développement. Les pommes de terre sont une culture de sols meubles, par conséquent, elles imposent des exigences élevées à leur régime aérien.

Les pommes de terre ont besoin d'une quantité accrue de nutriments pour leur croissance et leur développement. Cette dernière est due à ses caractéristiques biologiques associées à l'accumulation d'une grande masse de matière sèche avec un système racinaire relativement peu développé. Il a le plus grand besoin d'azote, de phosphore, de potassium, de calcium et de magnésium.

Les pommes de terre sont une plante qui aime la lumière. En l'absence ou en l'absence de lumière, les plantes s'étirent, le développement ralentit, les feuilles perdent leur capacité à assimiler le dioxyde de carbone.

Ainsi, afin d'obtenir un rendement élevé, il est nécessaire d'observer toutes les caractéristiques de cette plante.

Au Kazakhstan, les pommes de terre sont cultivées partout, mais une bonne récolte n'est obtenue que là où elles savent créer des conditions favorables à la croissance et au développement des plantes, pour sélectionner des variétés aux rendements potentiellement élevés.

Notre région se distingue par son sol et ses caractéristiques climatiques. Par conséquent, pour obtenir un rendement élevé, il est nécessaire de sélectionner des variétés appropriées.

Des variétés domestiques "Nevsky". Mais il a un inconvénient. Il est souvent affecté par le mildiou. Des rendements plus stables sont fournis par des variétés hollandaises telles que Latona, Romano, Sante, Sagita et Red Scarlet.

Ainsi, avec les méthodes de culture traditionnelles, le rendement ne dépasse généralement pas 300-350 kg pour cent mètres carrés. Mais les conditions changeantes exigent une approche créative de la technologie croissante. Une attitude consciencieuse envers la technologie de culture permet des rendements plus élevés. L'une de ces conditions est l'utilisation correcte de divers types d'engrais.

Les engrais sont appelés sels et autres substances inorganiques naturelles ou obtenues industriellement contenant dans leur composition des éléments nécessaires à la nutrition des plantes et à l'augmentation de la fertilité des sols, utilisés pour obtenir des rendements agricoles élevés et durables.

Environ 70 éléments participent à la formation des tissus végétaux, à sa croissance et à son développement. Les plus importants d'entre eux sont l'azote, le phosphore et le potassium, dont dépendent le métabolisme de la plante et sa croissance. L'azote fait partie des protéines et de la chlorophylle et participe à la photosynthèse. Une teneur excessive en elle provoque l'engraissement des tiges, retarde la maturation des cultures. L'application abondante d'engrais azotés augmente le rendement, mais d'un autre côté, un excès d'azote altère le goût, augmente l'eau, aggrave la qualité de conservation pendant le stockage, augmente la vulnérabilité aux maladies et conduit à l'accumulation de nitrates.

Les composés du phosphore jouent un rôle important dans la respiration et la reproduction des plantes, participant à la conversion des glucides et des substances azotées.

Le phosphore affecte surtout la qualité de la culture, augmente l'amidon, améliore le goût et la stabilité au stockage, augmente la viabilité de la graine et réduit également l'effet de l'azote, qui inhibe le développement. Plus le début de l'été est froid et plus la saison de croissance est courte, plus l'application d'engrais au phosphore est importante.

Le potassium régule les processus vitaux de la plante, améliore le régime hydrique, favorise le métabolisme et la formation de glucides dans les tissus végétaux. Les plantes le prennent facilement du sol. L'effet direct du potassium sur la quantité et la maturation de la culture est faible. Mais il augmente la taille, réduit l'amidon, mais améliore la résistance au traitement et au stockage.

La plante reçoit la majeure partie de l'oxygène, du carbone et de l'hydrogène de l'air et de l'eau, et extrait le reste des éléments du sol. Avec l'échelle moderne de l'agriculture culturelle, le cycle naturel des nutriments dans la nature est perturbé, car certains d'entre eux sont retirés avec la récolte et ne retournent pas au sol, et sont également emportés du sol par l'eau de pluie ou deviennent inactifs. Cela rend nécessaire de compenser la perte de nutriments, c'est-à-dire engrais minéraux. la composition des engrais minéraux est caractérisée par la teneur en substances actives: azote dans l'azote, le phosphore et le potassium - conditionnellement en termes de leurs oxydes. La fertilisation est l'une des principales conditions pour un rendement élevé et un bon goût. Le plus grand effet est obtenu par une combinaison d'engrais organiques et minéraux. Les engrais organiques fournissent non seulement aux plantes les nutriments nécessaires, mais ameublissent également le sol et améliorent sa structure.Ils servent non seulement de source de nourriture pour les plantes, mais enrichissent également le sol de micro-organismes bénéfiques, qui transforment les composés inaccessibles aux plantes en une forme facilement digestible. Les engrais organiques favorisent l'accumulation d'humus dans le sol, ce qui améliore les propriétés physiques, les conditions atmosphériques et thermiques du sol. Les sols limoneux deviennent moins cohésifs, mieux perméables à l'eau et plus faciles à cultiver, les sols sableux retiennent mieux les nutriments et l'eau. Les engrais organiques, en décomposition, fournissent aux feuilles du dioxyde de carbone - l'élément le plus important de la nutrition de l'air pour les plantes. Le meilleur engrais organique est le fumier pourri. Le fumier contient tous les nutriments dont les plantes ont besoin. Cependant, il ne faut pas oublier que les engrais organiques se décomposent relativement lentement. Introduits avant la plantation, ils ne deviennent pas immédiatement disponibles pour les plantes, ils sont donc mal utilisés pendant la période initiale de croissance. Afin de fournir à la plante une quantité suffisante de nutriments dès le début du développement, il est nécessaire, avec les engrais organiques, de fabriquer un engrais minéral complet. L'effet des engrais minéraux sur la croissance et le développement sur différents sols n'est pas le même: sur les sols sableux et limoneux à faible teneur en humus, des rendements plus élevés sont obtenus grâce à l'utilisation d'engrais azotés. Sur les zones de chernozem, le rendement augmente avec l'utilisation d'engrais azotés et phosphorés. La cendre de bois est un bon engrais. Sa valeur réside dans le fait que le potassium est ici sous forme carbonique sans chlore. Ce composé potassique a l'effet le plus bénéfique sur le rendement. En plus du potassium, les cendres contiennent du phosphore, du calcium et des oligo-éléments essentiels aux plantes. Il a été constaté que les cendres augmentent non seulement le rendement, mais améliorent également le goût, réduisent les dommages causés aux plantes par diverses maladies. Dans les cendres, comme dans les herbes des prés, la plante elle-même a filtré les nutriments du sol et, par conséquent, l'excès d'éléments individuels en eux est moins dangereux que lors de l'application de micro-éléments chimiquement purs mélangés à des engrais minéraux. Ce micronutriment répandu et très précieux réduit l'acidité du sol et améliore considérablement l'appétence. La cendre est utile pour tous les types de sols et est recommandée comme complément obligatoire aux engrais minéraux spéciaux.

En général, l'efficacité de l'utilisation d'engrais minéraux et organiques dépend de la culture du sol sur le site: plus il est bas, plus l'effet des engrais est faible, et vice versa.

Il convient également de rappeler que si le sol ne contient pas au moins un nutriment en quantité suffisante, la récolte ne sera pas complète. Par exemple, s'il y a suffisamment de potassium dans le sol pour obtenir seulement 200 kg de pommes de terre par cent mètres carrés, quelle que soit la quantité d'azote ou de phosphore que vous ajoutez, vous n'obtiendrez pas une récolte supérieure à ce niveau, car la valeur du la récolte est limitée par l'élément qui est au minimum.

Pour obtenir des rendements de pommes de terre élevés et stables, ainsi que des engrais organiques, il est nécessaire d'introduire des engrais minéraux.

La condition la plus importante pour un effet maximal des engrais est leur utilisation différenciée, en tenant compte des conditions du sol, des caractéristiques biologiques des variétés cultivées, ainsi que de la finalité de la culture. En développement à partir de la composition mécanique du sol, les doses d'engrais minéraux peuvent varier dans la gamme: azote -5-15 g / m, phosphore 2-13 g / m, potassium 5-20 g / m.

Les engrais minéraux sont appliqués principalement au printemps, à l'exception du chlorure de potassium, qui est mieux appliqué en automne, car le chlore a un effet négatif sur la qualité des tubercules. Les pommes de terre résistent à une concentration accrue d'engrais dans le sol, elles répondent donc bien à la fertilisation locale. Fertilisation plus efficace des rangs lors de la plantation. La fertilisation en rangée améliore la nutrition des plantes dans la première période de développement, contribue à l'accélération de leur croissance. Dans ce cas, il est préférable d'utiliser des engrais granulaires à trois composants: nitrophoska, carbammofoska, mélange d'engrais et autres à raison de 20-30g / m. sur une parcelle personnelle avec un atterrissage en douceur. L'application locale d'engrais organiques et minéraux sous le tubercule est très efficace, tandis que la consommation d'engrais organiques et minéraux est divisée par deux.

Lors de l'utilisation d'engrais organiques de moins bonne qualité, les taux d'engrais minéraux sont augmentés.

Par conséquent, il est nécessaire d'utiliser des engrais organiques et minéraux.

Pour l'expérience, nous avons choisi les variétés "Sagitta" et "Red Scarlet". Ce sont des variétés à haut rendement moyen-précoce. Les tubercules sont réguliers, de forme ovale et de couleur jaune pâle. Donne un rendement élevé et stable sur tous les sols. Résistant à Porsche, aux maladies virales, aux nématodes, au cancer, aux dommages mécaniques.

Au printemps, au début des températures positives, des tubercules malades, pourris, endommagés et de forme irrégulière ont été retirés des tubercules destinés à la plantation. Après cela, les graines ont été plantées pour une germination légère. La germination favorise une germination rapide et uniforme, une croissance et un développement accélérés des plantes, augmente le nombre de tiges. Les tubercules germés doivent être plantés dans le sol à une température du sol à une profondeur de 10 cm 5-6 ° C.Avant le labour, une nouvelle plante a été introduite. Le dixième jour après la plantation, les premières pousses sont apparues. Lorsque les plantes ont atteint une hauteur de 15 à 20 cm, un buttage a été effectué. La méthode goutte à goutte a été utilisée pour l'irrigation. En outre, une alimentation foliaire a été effectuée en utilisant les médicaments "Novalon" et "Lignohumate de potassium". Des mesures agrotechniques ont été utilisées pour lutter contre les mauvaises herbes. Des produits chimiques ont été utilisés pour se protéger contre le doryphore de la pomme de terre. Au cours du développement, les observations suivantes ont été notées.

Pendant le développement, des engrais minéraux dissous ont été appliqués. À titre de comparaison, l'alimentation foliaire a été administrée avec différentes préparations. Pour la variété Sagita, Novalon a été utilisé, et pour la variété Red Scarlet, du lignohumate de potassium a été utilisé. Au cours du développement, les observations suivantes ont été distinguées. Les plantes se sont développées rapidement. Les tiges étaient épaisses, de couleur vert foncé. À la fin de la saison de croissance, la hauteur du batwa atteignait plus d'un mètre. À la fin du développement, les sommets ont été retirés en premier. Cette technique accélère la maturation des tubercules, les empêche d'infestation par des maladies se développant sur les sommets et facilite la récolte. Cela se fait généralement 10 jours avant la récolte. Cela interrompt l'écoulement des nutriments des sommets vers les tubercules, ce qui entraîne l'arrêt de l'accumulation de la récolte, mais la formation de tubercules et de croûte dense sur les tubercules est accélérée.

Lorsque nous avons nettoyé, nous avons obtenu les résultats suivants.

Le rendement moyen de la variété "Sagita" où le médicament "Novalon" a été utilisé était de 580 kg sur cent mètres carrés. Les tubercules individuels ont atteint un poids de 800 g. Le rendement moyen de la variété "Red Scarlet", où la préparation de Lignohumate de potassium a été utilisée, était de 620 kg pour cent mètres carrés. Le poids des tubercules individuels a atteint 1 kg.

Ainsi, pour obtenir des rendements élevés, des types d'engrais, à la fois organiques et minéraux.

III. Les méthodes que nous avons utilisées lors de la mise en place de l'expérience peuvent être utiles à un large éventail de jardiniers. La plupart des méthodes agrotechniques décrites sont universelles. Ils sont également applicables lors de l'utilisation de méthodes non traditionnelles de culture de pommes de terre. Nous pensons que ces travaux contiennent de nombreuses informations utiles et qu’elles peuvent être utilisées à des fins iraquiennes. En particulier, les caractéristiques de cette culture sont données et quels engrais doivent être utilisés pour obtenir le rendement maximum.

Ce n’est pas la fin de notre travail, et l’année prochaine, il se poursuivra.

Le nom correct est Red Scarlett, une variété hollandaise à maturation précoce qui s'est récemment répandue dans les régions du centre et du sud de la Russie. Elle est considérée comme l'une des meilleures variétés (parmi les Redskins) et est inscrite au registre national de la Fédération de Russie.

Faible, type - intermédiaire, semi-debout. Les feuilles sont vertes, de taille moyenne, avec une légère ondulation du bord. Les inflorescences sont de taille moyenne, de teinte rouge-violet ou lilas clair. Les sommets se forment et se développent assez rapidement, avec une bonne densité et une bonne densité.

Taille - moyenne à grande (80-150 g). Ils sont formés à l'amiable et en grand nombre. La forme est ovale, allongée-ovale. La croûte est lisse, rouge. Les yeux sont superficiels, superficiels. Teneur en matière sèche - 18,6%, amidon - 10-15%. Le goût est normal. Variabilité - moyenne. La couleur ne change pas pendant la cuisson.

Maturation précoce, rendement élevé, pour table. La saison de croissance est de 70 à 75 jours. Résistant à la sécheresse. Les tubercules sont capables de ne pas noircir avec des dommages mécaniques. Qualité de maintien du marché 97-98%. Convient pour le lavage. Il est utilisé pour la culture industrielle, la production de chips et de frites.

- nématode doré de la pomme de terre

-alternariose (un traitement préventif est nécessaire en début de floraison).

Caractéristiques de la culture des variétés néerlandaises

La situation doit être résolue: une variété populaire peut devenir impopulaire. De nombreuses variétés de pommes de terre hollandaises, qui étaient initialement activement cultivées par les producteurs de pommes de terre nationaux, ont quitté la rotation des cultures. Cela s'explique par le fait que les avantages promis des variétés néerlandaises n'ont pas été confirmés dans la pratique. Ce n'est pas tout à fait le cas: au début, tout allait bien, mais après une saison ... Il s'est avéré que les "Hollandais" souffrent du mildiou pas moins que les variétés domestiques, les rendements élevés promis sont restés promis. La Hollande est un pays avec des traditions bien établies de culture de la pomme de terre et, par conséquent, les règles de culture doivent être suivies au plus près.

La méthode néerlandaise de culture des pommes de terre est basée sur l’affirmation selon laquelle «trois baleines» sont à la base d’une culture réussie: un sol bien ameubli, un accès sans entrave à l’air et à l’humidité. C'est le seul moyen de créer des conditions optimales pour la culture de variétés hollandaises très prometteuses. Il en découle qu'il est nécessaire de maintenir un espacement des rangs ne dépassant pas 60-70 cm pour les variétés précoces et 75-80 cm pour les variétés à maturation tardive. Vous ne devez pas augmenter la surface de plantation, en réduisant l'espacement des rangs, la perte de rendement avec un tel «gain de surface» le ramène à zéro. La profondeur de plantation des tubercules ne doit pas dépasser 4 cm. Après l'émergence des plants, il est nécessaire de former des billons: hauteur - 20-25 cm, largeur à la base - 75 cm, la culture inter-rang dans ce cas peut être omise. Les mauvaises herbes sont combattues avec des herbicides. La faible incidence du mildiou dans les pommes de terre en Hollande s'explique par un système rigide de traitement avec des médicaments spéciaux (la prévention réussie est obtenue par 5 à 6 traitements uniques avec un strict respect des recommandations pour l'alternance des médicaments). Si ces conditions ne sont pas remplies, les variétés néerlandaises «capturent» le phytophthora de la même manière que toutes les autres, car ils n'ont aucune immunité spéciale.

Une attention particulière doit être accordée à la préparation du matériel de plantation. Pour faire pousser des graines, la fréquence de plantation doit être maintenue: il doit y avoir trente arbustes sur un mètre carré. Pour obtenir un résultat similaire, il est nécessaire de sélectionner parmi les tubercules germés ceux dans lesquels au moins cinq yeux ont germé. Le diamètre des tubercules doit être de 3 à 5 centimètres. Il est impératif de surveiller l'immiscibilité des variétés, il sera alors plus facile de suivre la dégénérescence du matériel de plantation. Si ces règles sont respectées, on peut s'attendre à atteindre des indicateurs de matériel végétal aussi proches que possible de l'élite. Le traitement pré-plantation du matériel végétal avec des médicaments qui protègent contre l'infection virale est obligatoire.

Le nettoyage a également certaines caractéristiques. La récolte, par rapport aux conditions acceptées dans notre pays, se fait beaucoup plus tôt (fin août - première décade de septembre, semence - en juillet, première décade d'août). Les sommets sont retirés du champ 10 jours avant le début de l'extraction des tubercules. Cela accélérera la maturation des tubercules et donnera à la peau la possibilité de se resserrer, ce qui servira de protection contre d'éventuels dommages mécaniques.

Il devrait être considéré comme obligatoire de changer les cultures semées. La plantation de pommes de terre est mieux alternée avec la plantation de légumineuses. Ils prépareront parfaitement le sol pour la future récolte de pommes de terre. Le respect de ces règles simples vous permettra d'évaluer correctement tous les avantages des variétés néerlandaises.


Terminologie

La potasse fait partie des composés potassiques et des matériaux contenant du potassium, dont le plus courant est le KCl. Le terme potasse vient du moyen néerlandais potaschen (pot de cendre).

L'ancienne façon de fabriquer du K2O consistait à collecter ou à produire des cendres de bois, à lessiver les cendres, puis à évaporer la solution résultante dans de grands pots en fer, laissant un précipité blanc appelé cendre. Environ 10% en poids de cendre de bois conventionnelle peuvent être récupérés sous forme de potasse. Plus tard, la potasse est devenue le terme largement utilisé pour désigner les sels de potasse naturels et le produit commercial qui en dérive.


La liste recommandée des mémoires dans la spécialité "Production végétale", 01/06/09 code VAK

Productivité et propriétés technologiques des tubercules de pomme de terre en fonction de la variété et des conditions de croissance 2001, Candidat aux sciences agricoles Barry, Olga Viktorovna

Caractéristiques de la technologie agricole variétale lors de la culture de pommes de terre dans les conditions de la Yakoutie centrale 2006, candidate aux sciences agricoles Vasilieva, Rozaliya Dmitrievna

Technologies adaptatives pour la culture de plantes-racines de table et de pommes de terre dans la steppe forestière de la Sibérie occidentale 2006, docteur en sciences agricoles Vyshegurov, Sultan Khadzhibikarovich

Amélioration des éléments de la technologie de culture des variétés de pommes de terre dans les conditions de l'Okrug autonome de Khanty-Mansiysk - Yugra 2009, docteur en sciences agricoles Chumak, Vladimir Alexandrovitch

Rendement de la pomme de terre en fonction de la nutrition minérale et des méthodes de protection contre le phytophthora dans la steppe forestière de la région de la Volga 2002, candidat aux sciences agricoles Karabaev, Viktor Nikolaevich


Voir la vidéo: 030620: phosphore: nutrition des plantes, qualité des eaux et gestion durable.