Intéressant

Graines d'agastache - Comment procéder

Graines d'agastache - Comment procéder


Graines d’Agastache de Corée, comment les produire ?

• Les graines d’Agastache de Corée sont récoltées après la floraison des épis.
• Il faut les brunir les épis sur pieds.
• Cueillez les quand il sont bien bruns
• Laissez les sécher, sur une grille ou sur un voilage, dans un endroit sec, aéré et ombragé.
• Généralement 1 semaine de séchage suffit

Le conseil du jardinier :

La floraison des Agastaches de Corée commence en juillet, les premiers épis vont commencer à « naturaliser » en plein été, c’est ceux-là qu’il vaut mieux privilégier, avant l’automne, quand les température sont encore très douces.

Comment conserver les graines d’Agastache récoltées ?

• Faites les sécher.
• Puis conservez les au sec et à l’abri de la lumière

Quelle est la durée germinative ?

• La réponse n’est pas précise cette fois, voire indéterminée.
• Certains témoignages confirme que les graines reste germinatives quelques années
• D’autres témoignages indiquent le contraire.

Combien de graines par gramme ?

• environ 1000 graines par gramme

Temps de levée après semis des graines d’Agastache ?

• Entre 1 et 2 semaines

L’Agastache de Corée en cuisine ?

• Les feuilles sont parfaites pour aromatiser les salades, ou autres recettes à base de crudités.
• L’agastache de Corée est également utiliser en infusion. On lui prête des verrues calmantes pour la toux.
• En infusion, l’agastache de Corée est également digestive. On la trouve en herboristerie.


Comment faire des graines germées ?

L’utilisation des graines germées date de plus de 2000 ans avant J.-C. La recette du pain essène réalisé à partir de graines de blé germé nous a été léguée par un peuple vivant en Palestine à cette époque. On a également des preuves que le soja germé a été utilisé dès le 2e siècle en Chine. Après avoir été oubliées, les graines germées reviennent dans nos assiettes. A quoi sert la germination ? Comment procéder ?

Les graines germées, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit de graines de légumes, de légumineuses, de céréales ou d’oléagineux qui ont subi une germination, c’est-à-dire la reprise du développement de l’embryon contenu dans cette graine. En effet, la graine est maintenue dans un état de latence par des facteurs dits « inhibiteurs ». Ces derniers empêchent l’action de différents enzymes contenus dans la graine dont le rôle est de permettre la croissance et l’éclosion du germe. L’objectif des techniques de germination est de lever ces facteurs inhibiteurs puis d’accompagner le développement de la graine.

Les étapes de la germination

La première étape est appelée pré-germination ou trempage : elle consiste à laisser les graines tremper dans l’eau pendant une nuit voire 24 h. Cette étape est fondamentale pour lever ces fameux « facteurs inhibiteurs ». Il faut ensuite rincer abondamment pour s’en débarrasser car ils sont néfastes à la digestion. Ils font partie des « facteurs anti-nutritionnels de la plante » comme l’acide phytique, un composé qui s’associe avec les minéraux et les rend de ce fait difficilement disponibles pour notre organisme.

De façon générale, même en dehors de la technique de germination, il est conseillé de faire tremper les légumineuses, et même les graines oléagineuses (les amandes, les noix…) avant de les consommer ou de les préparer car cela améliore leur digestibilité.

La deuxième étape dite de germination se déroule suivant les graines entre le 2 e jour et le 5 e jour. Lors de celle-ci, les enzymes de la graine, enfin débarrassés de leurs facteurs inhibiteurs vont entrer en action et prédigérer les grosses molécules présentes dans la graine. Par exemple, une partie de l’amidon ou du gluten contenus dans la graine va être dégradée en composés beaucoup plus facilement digestes pour l’organisme humain.

Différents paramètres comme la température et l’aération sont stratégiques pour réussir la technique. En général, les températures idéales vont de 19° à 22°C voire 24°C. Les délais de germination s’échelonnent entre 2 jours et 6 jours pour les légumineuses et les céréales et peuvent aller jusqu’à plus d’une semaine pour les légumes.
Après germination, les graines doivent être conservées au réfrigérateur et consommées rapidement (dans les 5 jours).

Le point sur les risques de contamination des graines germées du commerce
En Europe, des incidents survenus en 2011 en Allemagne et en France ont donné un coup d’arrêt au développement du marché des graines germées. En effet, suite à l’ingestion de graines contaminées par une souche virulente d’Escherichia coli, près de 50 personnes sont décédées en Allemagne et de nombreuses personnes ont été hospitalisés en France comme en Allemagne. Il faut toutefois préciser que les graines mises en cause étaient destinées à la jardinerie et n’avaient aucune autorisation pour un usage alimentaire !
Suite à ces incidents de 2013, une réglementation européenne (1) a été mise en place pour encadrer la production des graines germées et donne enfin le maximum de garanties au consommateur. Les établissements ne peuvent produire les graines germées que s’ils ont obtenu un agrément suite à une inspection obligatoire (contrôle du respect des règles d’hygiène). De nouvelles exigences ont également été définies en ce qui concerne la traçabilité, l'importation des producteurs de graines germées ainsi que pour les contrôles microbiologiques à réaliser sur les graines.

Peut-on faire germer tout type de graines ?

Il est préférable d’utiliser des graines à germer bio qui sont exemptes de pesticides.
On pourrait envisager d’utiliser des graines réservées à l’usage alimentaire, par exemple des graines de lentilles classiques mais le taux d’échec sera assez important. En effet, elles subissent un nettoyage par abrasion qui gêne leur pouvoir germinatif.
Attention, certaines graines de légumes comme la tomate ou l’aubergine contiennent des produits toxiques et ne doivent pas être germées.
Il est fortement déconseillé d’utiliser les semences potagères car elles sont la plupart du temps protégées par un enrobage de résidus chimiques.

Quelles sont les graines germées les plus consommées?

Les graines d’alfalfa (autre nom de la luzerne), et les graines de soja vert (les haricots mungo) que l’on appelle communément pousses de soja sont particulièrement prisées. Les graines germées de lentilles, pois chiches, poireaux, radis sont également très consommées.


Les graines de Moringa

Si vous n’avez jamais essayé les graines de Moringa, vous êtes sur le point de découvrir un aliment extrêmement riche en bienfaits. Les graines possèdent en effet de très nombreuses vertus, notamment :

  • Prévention et lutte contre le diabète
  • Régulation de la tension artérielle
  • Stabilisation du cholestérol
  • Aide à la perte de poids
  • Réduction de la fatigue
  • Amélioration du sommeil

Bien choisir vos graines de Moringa

Pour profiter de tous ces bienfaits, il convient de bien choisir vos graines de Moringa. Chez Moringadoo, nous proposons des graines 100% naturelles, que vous pouvez commander directement en ligne : vous pouvez choisir de prendre 1 paquet de graines, ou bien en cure de 1 mois, 3 mois, et 6 mois.

Comment consommer les graines de Moringa ?

Le Moringa produit des cosses sur ses branches : ces dernières contiennent les graines.

Pour consommer les graines et améliorer votre bien-être, c’est très simple :

  1. Prenez une graine dans votre main
  2. Enlevez la coque marron.
  3. croquez puis avalez la graine.

Il vous suffit de consommer 1 à 2 graines par jour au début. Puis, vous pourrez augmenter jusqu’à une dizaine de graines par jour au cours du temps.

Les graines ne doivent pas être consommées chez la femme enceinte. De plus, il est conseillé de les manger après un repas (petit-déjeuner, déjeuner, collation, ou diner).


Papier absorbant ou filtre à café ?

Quand les graines ont été bien bien lavées, il faut les faire sécher. Évitez le papier absorbant, car les graines s’y collent et ce n’est pas très pratique.

Le filtre à café est le meilleur accessoire pour Bruno Fournier : "Après le lavage, on récupère le petit amas dans la passoire et on le verse dans un filtre à café, plus solide et moins collant que le papier absorbant. Puis, il suffit de fermer le filtre avec une petite épingle à linge ou un trombone, avant de le suspendre à l'abri ou sur un fil à linge, s'il fait sec. En 72 heures environ, les graines sont sèches."

N’oubliez pas de noter le nom de la variété avant de suspendre le filtre à café.


Newsletter

Vous pouvez passer à la germination. Pour cette étape, il vous faut simplement un verre (ou plusieurs), des disques de coton et du papier alu. Il existe aussi des germoirs, vendus dans le commerce.

  1. Placez les graines dans le disque de coton humidifié et ouvert au milieu, puis ce dernier au fond du verre.
  2. Recouvrez de papier aluminium percé.
  3. Placez le tout dans l'obscurité et. attendez. L'important est de maintenir l'humidité sur le coton durant toute la durée de la germination un brumatiseur peut s'avérer utile.
  4. Après quelques jours, les graines auront germé. Mieux encore, avec le tournesol, cela ne prendra que quelques heures.


La coupelle de germination, sans phtalates, en gré émaillé, permet de faire germer vos graines

Germline, spécialiste des produits naturels, a imaginé une coupelle de germination spécialement conçue pour les graines à mucilage. Sa base est fabriquée en grès émaillé et la grille est en plastique alvéolée. Garanti sans BPA et sans phtalates, il favorise une germination entièrement neutre. Cette coupelle de germination est donc gage d’une haute qualité pour les graines à germer et fournit d’excellents résultats. Aucun risque de pourrissement n’est de rigueur puisque les graines n’étouffent pas à cause de l’humidité. En plus d’être simple d’utilisation et facile à laver, cette coupelle est très esthétique et peut parfaitement ajouter une touche de décoration à votre maison. Il existe toutes sortes de graines à germer. Celles-ci sont particulièrement savoureuses et donnent un arôme particulier à vos plats. Une fois que vous aurez essayé, elles vous seront vite indispensables.


Les maladies des haricots nains et que faire ?

Le haricot peut être plus ou moins sensible aux maladies et aux attaques parasitaires. Il faut réagir vite et les surveiller en permanence.

Les maladies du haricot nain :

  • Graisse: la graisse se reconnait aux taches huileuses et jaunes qui apparaissent sur le feuillage. Elle apparait généralement à la suite d’une période humide, puis chaude. Le traitement préventif avec de la bouillie bordelaise s’avère très efficace.
  • L’anthracnose : elle s’identifie facilement grâce aux taches brunes ou noires qui se forment sur les feuilles. Les variétés persistantes sont beaucoup moins sujettes à cette maladie. Si vos plants sont infectés, pulvérisez-les de bouillie bordelaise ou de prêle avant que les gousses se forment.
  • La rouille : elle se manifeste par l’apparition de pustules sur la face interne des feuilles. Des taches brunes peuvent également se former sur les gousses. Pour éviter la rouille, espacer les rangs de haricot pour une meilleure aération qui limite les attaques des champignons. Les plants atteints seront ôtés, mais ne les mettez pas au compost. La décoction de prêle reste assez efficace en traitement préventif surtout en fin de saison, moment où le haricot est plus vulnérable. Vous pouvez, en cas d’attaque vraiment importante, utiliser un fongicide portant bien la mention : « emploi autorisé au jardin ».

Les parasites du haricot nain :

  • La mouche des semis
  • Tétranique : c’est un acarien
  • La bruche des haricots : les larves se développent dans les grains. Le froid étant capable de les tuer, il faut mettre les haricots 5 jours au congélateur après écossage.
  • Le puceron des racines
  • La limace et l’escargot
  • Le puceron noir de la fève : vous serez dans ce cas obligé d’arracher les pieds envahis par les pucerons noirs. Pour les éviter, plantez des capucines à côté.

Pour éviter la plupart de ces nuisibles et parasites, vous pouvez planter du basilic à proximité, c’est une technique qui fonctionne très bien.

Pour les limaces et les mouches, mettez du ferramol sur le sol autour des semis. N’hésitez pas à mettre du purin d’ortie pour renforcer les jeunes plants.

Pour les acariens, le mieux est de faire entrer les auxiliaires de culture, consommateurs d’acariens. Il faut également réduire un peu l’arrosage et paillez et si vraiment la terre est trop sèche, procédez par brumisation.

Pour éloigner les pucerons, installez des tagètes à proximité des pieds.

Encore plus de plantations :


Video: TUTO récolter les graines dimpatiens