Nouveau

Hatiora

Hatiora


Hatiora est un petit genre de cactus épiphytes qui appartient à la tribu Rhipsalideae au sein de la sous-famille Cactoideae du Cactacées. Certaines espèces de Hatiora sont des plantes ornementales bien connues et largement cultivées, connues sous le nom de cactus de Pâques ou de cactus de Pentecôte.

Cliquez sur la photo ou le nom de la plante succulente pour laquelle vous souhaitez voir plus d'informations.

Retour à Parcourir les plantes succulentes par genre.
Vous pouvez également parcourir les plantes succulentes par nom scientifique, nom commun, famille, zone de rusticité USDA, origine ou cactus par genre.


Tout Hatiora les espèces se trouvent sous forme d'épiphytes poussant sur les arbres ou (rarement) de lithophytes poussant sur les rochers. On les trouve dans les forêts tropicales humides de la Mata Atlântica dans l'est du Brésil. Les plantes sont faiblement succulentes, poussant plus ou moins debout et devenant ligneuses à la base avec l'âge. Les épines manquent généralement. Les fleurs pollinisées par les insectes sont portées en phase terminale. Ils sont petits, d'un diamètre d'environ 2 cm (0,8 po), actinomorphes (radialement symétriques), en forme de cloche et toujours colorés (jaune, jaune-orange ou rose). Le fruit est une baie. Par contraste avec les espèces du genre Schlumbergera, dont la plupart ont des tiges aplaties, Hatiora les espèces ont des tiges de section transversale circulaire. [2] [3]

Les cactus appartenant à la tribu des Rhipsalideae sont assez distincts en apparence et en habitude des autres cactus, car ils poussent sur des arbres ou des rochers sous forme d'épiphytes ou de lithophytes. Cependant, pendant longtemps, il y a eu une confusion sur la façon dont les espèces de rhipsalid devraient être divisées en genres. En 1819, Haworth a décrit la première espèce découverte du genre moderne Hatiora sous le nom Rhipsalis salicornioides. En 1834, A.P. de Candolle reconnaît la distinction de cette espèce et la transfère dans un nouveau genre Hariota, du nom de Thomas Hariot, botaniste du XVIe siècle. Plus tard une seconde espèce, H. gaertneri, a été initialement nommé comme Epiphyllum russellianum var. Gaertneri (Epiphyllum russellianum est maintenant Schlumbergera russelliana) puis en 1889 comme Epiphyllum gaertneri. Une troisième espèce, H. rosea, a été décrit en 1912 comme Rhipsalis rosea. [2]

En 1923, de nombreuses incertitudes nomenclaturales et confusion avaient surgi sur le nom Hariota. Nathaniel Britton et Joseph Rose ont créé un nouveau nom Hatiora comme anagramme taxonomique de Hariota. Parmi les espèces connues à l'époque, ils ont placé Hariota salicornioides dans Hatiora de même que H. cylindrica ils avaient déjà placé H. gaertneri dans Schlumbergera en 1913 et l'ont laissé là-bas et ils ont érigé un nouveau genre, Rhipsalidopsis, pour H. rosea. Deux autres espèces qui ont été attribuées à Hatiora ont été placés dans divers genres, y compris l'original Hariota et Rhipsalis. [2] Selon Anderson, [2] la confusion parmi les Rhipsalideae n'a pas été clarifiée jusqu'au travail par Wilhelm Barthlott et Nigel Taylor en 1995, qui a placé six espèces dans Hatiora, divisé entre deux sous-genres. [4]

Les études phylogénétiques utilisant l'ADN ont conduit à une modification de la classification de Barthlott et Taylor et des trois espèces de Hatiora ils ont placé dans un sous-genre Rhipsalidopsis ont été transférés hors du genre. Il y a accord que Hatiora epiphylloides devrait être placé dans Schlumbergera (comme Schlumbergera lutea). Il y a désaccord sur les deux autres espèces. Certaines sources les incluent également dans une définition large Schlumbergera, [1] [5] d'autres les placent comme les deux seules espèces du genre Rhipsalidopsis. [6] [3] Hatiora et le plus largement circonscrit Schlumbergera les deux se ramifient à partir de la pointe et ont des segments courts (moins de 7 cm de long). Hatiora a des tiges rondes en coupe transversale et des fleurs radialement symétriques (actinomorphes), alors que Schlumbergera a des tiges aplaties ou autrement anguleuses et ses fleurs peuvent être radialement symétriques ou radialement asymétriques (zygomorphes). [5]

Classification sous-générique et espèces Modifier

Dans les traitements taxonomiques du genre par Barthlott & Taylor (1995) [4] et Hunt (2006), [7] Hatiora a été divisé en deux sous-genres avec six espèces acceptées, plus un hybride créé en culture. Sous-genre Rhipsalidopsis a par la suite été retiré de Hatiora. [1] [5] [6] [3]


Prendre soin de Hatiora Salicornioides

Taille et croissance

Hatiora peut atteindre jusqu'à 20 pouces de hauteur. C’est une petite plante compacte et touffue.

Le feuillage tordu ressemble au corail, car il se ramifie en plusieurs tiges articulées.

Le feuillage est de couleur vert foncé.

La croissance est également succulente, aidant à retenir l'humidité qu'elle obtient par la rosée et la pluie, au lieu de tremper l'eau des racines.

Floraison et parfum

Les fleurs peuvent apparaître à tout moment au printemps, de mars à mai. Ils poussent à partir des pointes des pousses.

Les petites fleurs jaunes n'ont pas de parfum et ne sont pas très voyantes. Ils ajoutent simplement une touche de couleur aux pointes de la plante touffue.

Lumière et température

La croissance en extérieur n'est pas recommandée en dehors des zones de rusticité USDA 9 et 10.

Le sud-ouest sec, y compris certaines parties de la Californie, offre une lumière vive le matin et le soir.

Sinon, il doit être cultivé à l'intérieur dans un pot ou un jardin de cactus.

Le Hatiora pousse bien à température ambiante régulière. Alors que la plante aime la lumière indirecte et ne devrait pas recevoir la lumière directe du soleil lorsqu'elle est cultivée à l'intérieur.

Pour encourager Hatiora salicornioides à fleurir au printemps suivant, gardez-le dans des conditions plus fraîches pendant l'hiver.

En décembre et janvier, évitez de laisser la pièce atteindre environ 50 ° Fahrenheit.

Pour maintenir cette température, la plante peut avoir besoin d'être placée dans un porche couvert ou une serre extérieure.

Si elle est conservée à température ambiante normale tout au long de l’hiver, la plante ne mourra pas, mais elle ne fleurira peut-être pas.

Arrosage et alimentation

Arrosez la plante régulièrement tout au long de l'année, en laissant le sol sécher légèrement entre les arrosages. La plante n'a pas besoin d'autant d'eau

Décembre et janvier

L'engrais peut être utilisé tout au long de l'année, sauf pendant la partie la plus froide de l'hiver.

Utilisez un engrais liquide ajouté à l'eau pour nourrir la plante pendant l'arrosage.

Pour de meilleurs résultats, nourrissez la plante toutes les deux à trois semaines au début du printemps, puis une fois par mois pendant l'été.

Sol et repiquage

Le meilleur sol pour Hatiora salicornioides est une combinaison de sable, de limon et de tourbe. Le mélange commercial de cactus convient également. Il doit fournir un drainage optimal pour empêcher la croissance de moisissures.

Transplantez les jeunes plants chaque année juste avant le début du printemps.

Les plantes plus âgées n'ont besoin d'être rempotées que tous les deux à trois ans.

Pour encourager une grande croissance, transplantez toujours la plante dans un pot plus grand.

Entretien et toilettage

Le toilettage ne devrait pas être nécessaire, car la plante n'atteint généralement que 20 pouces environ. S'il est trop grand, il peut être rogné au printemps.

Les boutures peuvent également être enregistrées pour la propagation.


Contenu

Hatiora salicornioides pousse à environ 1 m (3 pi) de haut avec un port érigé à pendant. Ses tiges sont composées de segments de 1,5–5 cm (0,6–2,0 po) de long. Chaque segment a la forme d'un club ou d'une bouteille, avec l'extrémité la plus étroite à la base. Les tiges se ramifient à partir de l'extrémité d'un segment, avec jusqu'à six branches formant un verticille. Les fleurs jaunes à orange sont portées aux extrémités des segments de tige plus jeunes et mesurent 1 à 2 cm (0,4 à 0,8 po) de longueur et à peu près la même largeur lorsqu'elles sont ouvertes. Des baies blanches translucides suivent les fleurs. [5]

Habitude de croissance en culture

L'espèce a été décrite pour la première fois par Adrian H. Haworth en 1819, comme Rhipsalis salicornioides. (Haworth a en fait épelé l'épithète "salicornoides", mais les auteurs suivants ont corrigé l'orthographe, traitant l'original comme une erreur orthographique.) [6] L'épithète signifie" semblable à Salicorne". L'espèce a été transférée au genre Hatiora en 1915 (après avoir été précédemment placé dans le genre confus et donc abandonné Hariota). [2] Des études phylogénétiques moléculaires ont confirmé son emplacement dans le genre et dans la tribu Rhipsalideae, et ont également montré qu'il est étroitement lié H. cylindrica (qui a été inclus dans H. salicornioides sous forme ou variété). H. salicornioides est très variable et peut éventuellement inclure d'autres espèces distinctes. [7] [8]

Hatiora salicornioides se trouve à l'est du Brésil, dans les régions du nord-est du Brésil (Bahia), du sud-est du Brésil (Espírito Santo, Minas Gerais, Rio de Janeiro et São Paulo) et du sud du Brésil (Paraná). [1] [2] Il se produit dans la forêt humide, la savane et les zones rocheuses à des altitudes de 200–1 750 m (660–5 740 pi). Il est généralement épiphyte ou lithophyte. [1]

Hatiora salicornioides est cultivée comme plante ornementale. Il nécessite un peu d'humidité et ne résiste pas au gel. Une ombre légère et une température moyenne minimale de 12 ° C (54 ° F) sont recommandées. Compte tenu de ces conditions, il a été cultivé avec succès à l'extérieur à Phoenix, en Arizona. Dans les climats avec des températures hivernales plus basses, il est cultivé en serre ou comme plante d'intérieur. Il se propage par boutures de tiges. [4] [9]

Au Royaume-Uni Hatiora salicornioides a remporté le prix du mérite du jardin de la Royal Horticultural Society. [dix]


Espèces Hatiora, cactus os dansant, rêve d'ivrogne, cactus aux épices

Catégorie:

Tropicales et vivaces tendres

Besoins en eau:

Résistant à la sécheresse adapté au xériscaping

Exposition au soleil:

Feuillage:

Couleur du feuillage:

Hauteur:

Espacement:

Rusticité:

USDA Zone 10a: jusqu'à -1,1 ° C (30 ° F)

USDA Zone 10b: jusqu'à 1,7 ° C (35 ° F)

USDA Zone 11: au-dessus de 4,5 ° C (40 ° F)

Où grandir:

Convient pour la culture en conteneurs

Danger:

Couleur de fleur:

Caractéristiques de la floraison:

Taille de la fleur:

Temps de floraison:

Autres détails:

Exigences de pH du sol:

Information sur les brevets:

Méthodes de propagation:

À partir de la graine, stratifier si semer à l'intérieur

Collecte de semences:

Permettre aux fruits sans tache de mûrir des graines propres et sèches

Les fruits sans tache doivent être beaucoup trop mûrs avant de récolter des graines Des graines propres et sèches

Correctement nettoyées, les graines peuvent être stockées avec succès

Régional

On dit que cette plante pousse à l'extérieur dans les régions suivantes:

Casa de Oro-Mount Helix, Californie

Westmoreland, New Hampshire

Airway Heights, État de Washington

Notes des jardiniers:

Le 10 août 2016, AlyceAnn de Hambourg, PA a écrit:

J'ai une plante Drunkard's Dream que j'ai commencé à partir d'une brindille à la naissance de mon fils. Mon fils a maintenant 32 ans. J'adore ce vieux garçon. Fleurit chaque année. J'espérais pouvoir publier une photo. :)

Le 17 février 2016, Ddeestone de Milwaukee, WI a écrit:

Mon rêve d'ivrognes s'est vraiment épanoui depuis que j'ai commencé à l'arroser avec de l'eau distillée plutôt que de l'eau du robinet.

Le 4 mai 2015, Mark_B de Garden Grove, CA a écrit:

Une plante robuste mais jolie, bien adaptée au sud de la Californie (zone 10). Pousse plus vite que la plupart des rhipsalis, et aussi épais. Fait bien dans 35-40 degrés. F. hivers. C'est un vert foncé, quand on sait que c'est sain et heureux.

Le 11 novembre 2009, vossner d'East Texas,
United States (Zone 8a) a écrit:

Belle remorque. Très dur aussi. Facile, pas trop exigeant du tout

Le 6 novembre 2009, Shrubman88 de Westmoreland, NH (Zone 4b) a écrit:

Je viens de recevoir un morceau de cette plante d'un ami, si gentil aussi sachez
ce que c'est, et comment le faire grandir. Publiera une meilleure photo une fois qu'il aura fallu.

Le 19 février 2009, mjsponies de DeLand / Deleon Springs, FL (Zone 8b) a écrit:

Je viens de découvrir ce qu'était cette plante aussi.
J'adore, c'est facile, me donne ces jolies petites fleurs jaunes deux fois par an.

Le 15 novembre 2006, isom de Mission BC,
Le Canada (zone 8b) a écrit:

Cela semble se développer facilement avec peu d'attention. Je trouve que certaines plantes, comme de nombreuses plantes succulentes, prospèrent grâce à la négligence. J'avais le plus petit morceau que j'avais ramassé dans la section des plantes d'une épicerie. Il s'était cassé et avait l'air un peu fané, mais j'essaie de démarrer de telles plantes, presque comme un défi de voir ce qui va se passer.

Il a été dans le même récipient peu profond que 2 étoiles de la terre et quelques morceaux de queues de burro, ainsi que des sauvetages et tous ont prospéré. Je n'avais aucune idée de ce qu'était cette plante, alors j'ai fait une recherche sur Google parmi de succulentes photos. Je ne m'attendais jamais à ce que ma petite plante soit un cactus Dancing Bone et je suis heureux de savoir que c'est le cas! Je l'ai maintenant depuis 10 mois et il a suffisamment grandi pour être reconnaissable en tant que tel. Au fur et à mesure qu'il grandit, je le mettrai soigneusement dans son propre pot. D'un petit morceau d'un peu plus de 1/2 pouce. lire plus haut, il mesure maintenant 4 1/2 pouces de haut et à peu près aussi large. Au fur et à mesure qu'il grandit, je posterai une photo de moi.

Le 16 juillet 2006, Pashta de Moncks Corner, SC (Zone 8b) a écrit:

J'ai aussi découvert récemment ce qu'est cette plante, c'est aux adorables personnes présentes sur les forums d'identification. :) J'ai acheté cette plante il y a presque 16 ans et je l'ai donnée à ma grand-mère pour qu'elle la répare. Il a prospéré, et maintenant je vais en ramener chez moi en Caroline du Nord, où je pense que cela va très bien. Il semble copieux et les chats ne prennent pas la peine de le manger, ce qui est un autre avantage. Il reçoit beaucoup de lumière indirecte brillante et de l'eau moyenne pour une succulente. Au-delà de cela, ce sera une expérience d'apprentissage. :)

Le 11 mars 2006, spaceman_spiff de Saint Petersburg, FL (Zone 9b) a écrit:

Wow, je suis heureux de découvrir enfin l'identité * de cette plante, après en avoir une pendant environ 10 ans. Le mien ne fleurit que pour la deuxième fois depuis que je l'ai possédé. Cependant, contrairement à certains des autres articles ici, qui mentionnent au moins certaines parties de la plante poussant vers le haut, le mien est strictement suspendu vers le bas. J'ajouterai quelques photos à la section photo.

* Merci au forum Identification!
:-)

Le 9 janvier 2006, docturf de Conway, SC (Zone 8b) a écrit:

J'ai mon cactus Dancing Bones depuis près de 8 ans maintenant. Il se trouve dans un pot d'argile de huit pouces et conservé à l'extérieur à la fin du printemps, en été et au début de l'automne - puis il est déplacé à l'intérieur pour l'hiver, où il ne reçoit qu'un minimum de lumière du soleil. Il fleurit généralement deux fois par an, mais ce n'est que lorsque je le laisse sécher sévèrement que cela semble stimuler la floraison. Très peu d'engrais est utilisé - peut-être 2 ou 3 fois par an avec un engrais soluble tel que Peters ou Miracle Grow à haute teneur en phosphore. Je suis situé sur la côte de la Caroline du Sud.
ps: il fleurit en ce moment (1-9-06) .docturf

Le 8 janvier 2006, Pinguicula de Sitka, AK (Zone 7a) a écrit:

Cette plante est géniale! J'ai reçu une petite plante d'un voisin en octobre et elle est déjà en fleurs. Je peux dire que je vais le rempoter assez souvent, aussi vite qu'il remplit son pot.
Ma voisine garde la sienne dans une véranda tout l'hiver et sur son porche tout l'été. Le mien vient d'être accroché au rebord de ma fenêtre.

Le 7 décembre 2004, Homer_Edwina de Hanovre, NH a écrit:

Positif jusqu'à récemment, c'est-à-dire. Je pense que je l'ai peut-être trop arrosé. Il a fleuri en été mais s'est ensuite en quelque sorte désintégré et j'ai maintenant des boutures dans un pot. Ils sont juste accrochés là-dedans et peut-être que je devrais les rempoter dans un récipient moins profond et les mélanger dans du sable?

Le 1 août 2004, des stimmins de Beaconsfield, QC (Zone 5b) ont écrit:

J'ai cette plante depuis 3 ans maintenant, mais elle n'a jamais «fleuri» pour moi. Je suis seulement tombé aujourd'hui sur ce site et des photos confirmant que ma plante s'appelle un «rêve d'ivrogne». Il faisait environ 6 à 8 pouces lorsque je l'ai eu pour la première fois et mesure maintenant environ un pied de long à certains endroits. Certaines des feuilles plus proches de la base du pot sont de forme `` plus grasse '' et semblent ressembler à ce qui est montré sur les photos du site comme des fleurs, mais elles n'ont jamais fleuri ou changé de couleur. Je ne pense pas qu'il ait beaucoup grandi au cours des 3 années que je l'ai eu, et je l'ai essayé à différents endroits pour voir quelles améliorations, le cas échéant, cela pourrait apporter. Il reçoit une lumière moyenne à vive, mais indirecte. Tout le monde avait des idées sur les raisons pour lesquelles il n'a pas fleuri.

PS: j'ai hâte de découvrir ce que ce site a à offrir!

Le 18 septembre 2003, Monocromatico de Rio de Janeiro,
Le Brésil (zone 11) a écrit:

J'ai récemment vu ce cactus dans son habitat d'origine, dans une forêt tropicale humide. C'est vraiment une plante curieuse. Ressemble à Rhipsalis (cactus de gui), mais plus dur. Dommage que je sois arrivé trop tôt là-bas et que je n'ai pas vu les fleurs s'ouvrir, mais pour ce qu'on m'a dit, c'est vraiment magnifique.

Le 18 septembre 2003, miseryschild de Monterey, TN (Zone 7a) a écrit:

Quand j'ai acheté le mien, la pépinière a appelé un cactus de gui. C'est tellement bizarre que c'est mignon. Le mien n'a pas encore fleuri, mais grandit bien !! Il obtient ce qui ressemble à de petits cheveux blancs directement sur ses pointes.

Le 17 mars 2003, ideboda de T-village) - Frise,
Pays-Bas (zone 6a) a écrit:

C'est vraiment une succulente forte. Sans beaucoup de soin pendant 15 ans (à partir de 1984), je l'ai gardé en vie dans un terreau ordinaire mélangé avec du sable dans un tout petit pot avec une autre succulente qui était beaucoup plus grande et mourut après 15 ans. (Je ne sais toujours pas pourquoi je ne les ai jamais replantés, probablement parce que mon rebord de fenêtre a toujours été trop petit.)

Quand l'autre plante est morte, j'ai replanté mon "Dancing Bones Cactus" (jamais entendu ce nom jusqu'à aujourd'hui, mais très approprié) dans un pot légèrement plus grand et il mesure environ 30 cm de haut maintenant, la tige principale poussant vers le haut et les autres suspendues vers le bas du pot.

Dans la description de la plante ci-dessus, on dit que la propagation est meilleure à partir de graines, mais je n'ai jamais vu de graines bien qu'elles fleurissent abondamment la plupart des hivers. Je l'ai eu comme. en savoir plus une petite "coupure" qui vient de tomber à un nœud comme avec "Christmas Cactus" (Schlumbergera). C'est la manière la plus courante de propager les plantes succulentes et elles sont toujours «fidèles au type».

Il n'a pas besoin de beaucoup d'eau, mais une fois qu'il est trop sec, il a tendance à tomber, les racines sont plutôt peu profondes et je dois admettre que le pot est déjà un peu trop petit. Je n'ai pas de place pour un véritable «arbre» ​​dans lequel il deviendrait certainement assez de terre pour pousser.


Voir la vidéo: Paskalya kaktüsü, Yılbaşı çiçeği, tomurcuktan çiçeğe tüm evreleri. #Schlumbergera gaertneri.#Hatiora