Nouveau

Cinq règles pour la culture du raisin nordique

Cinq règles pour la culture du raisin nordique


Cultiver des raisins près de Saint-Pétersbourg - cinq conditions clés

Comme le montre la pratique, la culture du raisin dans nos conditions climatiques est encore chargé de nombreux mystères. L'auteur les a également rencontrés, c'est pourquoi les premières tentatives de culture du raisin ont échoué. Ce n'est qu'après plusieurs années, après avoir étudié les caractéristiques biologiques de cette culture, avoir essayé les variétés et maîtrisé l'expérience existante et les techniques agricoles du raisin, il a résolu le problème de sa «domestication».

Dans le même temps, il a été possible de raccourcir le début de la fructification de près de deux ans et d'exclure la probabilité de mort des raisins à cause du froid hivernal. Les découvertes les plus importantes et les manoirs qui ont eu lieu pendant la culture du raisin étaient les suivantes.

1. Sélection des boutures.

Non seulement toutes les suivantes, mais aussi le succès global de la viticulture dépendent de cette pratique agricole. Dans ce cas, les principaux facteurs sont la variété, le moment de la sélection et la qualité des boutures. Parmi les six variétés précoces testées, les meilleures en termes de résistance au gel et de force de croissance se sont avérées être Moskovsky Dachny et Severny, qui étaient déjà cultivées par des voisins en horticulture.


Les boutures pour la culture ont été sélectionnées uniquement lignifiées et, contrairement aux recommandations de la littérature, pas au printemps, quand il n'y a aucune garantie de la vitalité des yeux de la vigne, mais à l'automne, à la fin du mois d'octobre - début novembrelorsque les feuilles des raisins prennent une couleur bronze jaunâtre. La partie supérieure non lignifiée de la vigne d'une épaisseur inférieure à 5-6 mm a été enlevée. Les antennes, les beaux-enfants et les restes de feuilles ont également été enlevés.

Après avoir coupé les boutures avec 2-3 bourgeons, il les a mis dans des sacs en plastique afin que les parties supérieures ressortent de l'emballage de 3-4 cm, et contrairement aux recommandations de stocker les boutures dans des sous-sols, des caves ou sous la neige, il a placé les emballages au réfrigérateur à une température de 0 + 3 ° C. Avant de les placer dans des sacs, les deux boutures ont été enduites de paraffine et de la sciure échaudée avec de l'eau bouillante a été versée dans le sac, ce qui a empêché les tiges de se dessécher pendant le stockage.

2. Enracinement des boutures.

Cette agro-réception a été réalisée fin février - début mars, et toutes les boutures ont d'abord été trempées pendant 30 minutes dans une solution de permanganate de potassium et d'hétéroauxine (1 table pour 1 litre d'eau) pour désinfecter d'éventuelles maladies. et stimulent la formation des racines. De plus, contrairement aux recommandations existantes, les boutures ont été débarrassées de la paraffine par taille légère et complètement immergées dans de l'eau de neige propre pendant 2-3 jours pour éviter le dessèchement.

Puis il a versé de l'eau et versé de l'eau fraîche dans le même récipient au taux d'immersion dans celui-ci non pas de la bouture entière, mais seulement de la coupe inférieure de 2 cm, et à cette longueur, il a fait 2-3 coupes longitudinales de l'écorce, n'affectant pas le cambium. Les boutures ont été conservées dans un récipient recouvert d'un film jusqu'à ce que le tissu sous l'écorce devienne vert et que les racines commencent à percer. Je souligne que le conteneur a été placé dans une pièce chaude avec une température d'environ 21 ... 23 ° C et à une distance suffisante de la lumière directe du soleil.

3. Semis en croissance.

Obtenir des plants est possible de deux manières: soit dans des sacs en plastique, soit dans une pépinière remplie d'un substrat, ce qui était bien justifié par des conifères désinfectés avec du permanganate de potassium et de la sciure calcinée. Les meilleurs résultats sont bien sûr obtenus dans la crèche. Au fond de la pépinière, un drainage de l'argile expansée, du gravier fin ou de la brique cassée est organisé pour drainer l'excès d'humidité.

Les boutures sont plantées de telle sorte qu'à la surface du substrat recouvert du film, il n'y ait qu'un seul bourgeon, dépassant d'environ 2 cm.Dans ce cas, le substrat doit toujours être humide à un point tel que seules de rares gouttes suintent de la masse pressé à la main. Une fois que le bourgeon a commencé à pousser, la pépinière peut être éclairée, mais sans que la lumière directe du soleil n'y pénètre.

Avec l'apparition des deux premières feuilles, le film doit être soulevé, en habituant les jeunes pousses à des pousses épargnantes, puis, lorsque la croissance des pousses atteint 0,5-0,8 m et que les gelées sont déjà passées, à l'environnement naturel et aux rayons du soleil. En règle générale, les semis cultivés conformément à ces exigences deviennent déjà tout à fait adaptés à la plantation. Dans le cas où, pour une raison quelconque, il n'était pas possible de remplir toutes les conditions spécifiées et que les boutures ne formaient pas de racines, mais donnaient des pousses en raison de leurs nutriments, elles devraient être jetées.


4. Planter des semis.

Contrairement aux recommandations existantes contenues dans la presse concernant la plantation de plants dans des seaux, des pots de fleurs ou d'autres récipients avec leur repiquage successif, l'auteur les a immédiatement plantés dans des fosses avec un sol nutritif, et de deux manières - inclinée et verticale (voir figure). Dans le même temps, le recommandé fumier et tourbe ont été remplacés respectivement par le biocompost et pourri sciure, et leur rapport avec la terre de jardin et le sable de rivière était de 4: 3: 1,5: 1,5, respectivement, et a fourni au sol non seulement la valeur nutritionnelle nécessaire, mais aussi un relâchement, ce qui a rapidement permis aux semis de développer le système racinaire.

Au fond des fosses, comme auparavant dans la pépinière, un drainage a été organisé, le mélange de sol indiqué y a été versé et les plants y ont été plantés tout en préservant la motte de racines. Notez que le point de croissance des semis jusqu'à l'automne était de 10 à 15 cm sous le sommet de la fosse et seulement après la taille à l'automne à la pousse de la partie supérieure de la croissance à une hauteur d'environ 30 cm était complètement recouvert dans le forme d'un monticule de sciure sèche.

5. Plantations d'abris pour l'hiver.

Cet evènement est indispensable à la survie des jeunes plants de raisin lors des gelées hivernales. À cet effet, contrairement aux recommandations bien connues, un abri multicouche réalisé en arcs à une hauteur d'environ 25 cm du monticule, d'abord avec de la toile de jute, puis avec du papier ou du carton, et au-dessus d'eux avec de la sciure sèche, des copeaux ou feuillage jusqu'à 30 cm d'épaisseur et polyéthylène avec un film sur le dessus, pressé contre le matériau à portée de main. Dans le même temps, l'abri a été élargi par rapport à la fosse de 0,5 m du semis coupé dans chaque direction, et pendant l'hiver, il a également été recouvert de neige. Côté sud, afin d'éviter que le semis ne chauffe et qu'il «respire», un bout de tuyau a été posé pour aérer l'espace sous l'abri.

Schémas de plantation verticale (A) et inclinée (B) des plants de raisin en début (haut) et en fin (bas) de saison: 1 - drainage; 2 - sol; 3 - semis; 4 - remplissage de sciure de bois; 5 - support en bois

Je souligne également que le meilleur endroit pour le raisin est celui où il y a plus de lumière et de soleil, où le sol est mieux éclairé et réchauffé. En fait, sur 5 boutures, l'auteur a réussi à obtenir et à planter seulement trois plants, et à en cultiver un seul, placé du côté sud de la maison, accumulant de la chaleur pendant la journée et la donnant aux raisins la nuit. Parmi les deux semis, l'un a gelé en raison du placement du côté est de la maison et un autre en raison d'un abri hivernal imprudent du côté ouest.

En conclusion, je note que les soins ultérieurs du raisin et sa culture ont été effectués selon les recommandations connues de la littérature. Plusieurs grappes de raisins, obtenues la troisième année après la plantation du plant, ont donné des baies modestes mais merveilleuses, de qualité et de goût non inférieures à celles cultivées dans le sud.

A. Veselov, jardinier


Voir la vidéo: Du bourgeon au raisin